Laurine & Guy COUBRIS

Contact

  • +33 6 22 19 72 12
  • +33 7 81 76 26 66

On-site services

Others :

Access

En voiture: Rocade A 630 - sortie 8 Lacanau - Le Verdon. Pour Carcans-Maubuisson et Hourtin : prendre Castelnau ou Lacanau.

En train: Liaison TGV Atlantique : Paris-Bordeaux Gare SNCF Bordeaux Saint-Jean (env 60 km de Lacanau). Louer une voiture ou prendre le bus Réseau Transgironde – www.transgironde.fr +33(0) 974 500 033 L'arrêt de la navette est à 200m de la villa.

En avion: Aéroport Bordeaux-Mérignac (env 50 km de Lacanau) Tél. : 05 56 34 50 50 / www.bordeaux.aeroport.fr

Point of Tourist Info

Transports

Navettes entre Carcans Hourtin Lacanau.

Bakery

Walk....

Shops

Walk....

Title Tips

Description

Title

Description

Emergency

Fire department: 18

ttttttttttt

SAMU: 15

ttttttttttt

Police: 17

ttttttttttt

Medical office ...

About

HISTOIRE DE LA VILLA RACHEL À LACANAU OCÉAN

Les villas balnéaires construitent au début du XXème siècle présentent plusieurs styles architecturaux. Les matériaux de construction sont très variés : pierres, briques, céramiques et surtout le bois découpé et ajouré.

Le nom de ces villas est généralement gravé sur une plaque en pierre, appelée "cartouche" et fait toujours référence aux premiers propriétaires à travers leurs rêves, leurs souvenirs, leur descendance...

RACHEL-MARGUERITE est l'une de ces villas.

Voici la petite histoire de la Villa Rachel-Marguerite conté par son actuel propriétaire :

Mes Arrières Grands Parents, commerçants dans la commune voisine, SAINTE HELENE, ont fait construire la villa au tout début du XXème siècle et lui ont donné le nom de leurs 2 filles : la cadette RACHEL et l’aînée MARGUERITE.

Ma Grand Mère RACHEL me racontait : « Les clients du magasin de mes parents leur disaient souvent : « Mais comment avez vous eu l’idée d’aller construire à Lacanau ! ».

C’est qu’à l’époque il n’y avait pas de route entre SAINTE HELENE et LACANAU, tout juste un chemin où les muletiers débardeurs de bois circulaient avec leurs charrettes chargées de billons (troncs de pins coupés à 2 mètres) ou de barriques de résines.

Nous, on allait à LACANAU en calèche, mais il fallait qu’un homme passe devant pour nous ouvrir la route car elle était souvent envahie par les ronces. Mais, dès que l’on pouvait partir, on venait profiter de RACHEL-MARGUERITE en famille et avec les amis….

C’était vraiment formidable pour nous qui habitions au milieu des pins de voir les dunes de sable fin, l’océan avec ses vagues qui se déroulaient à l’infini. Cette immensité changeante, c’était comme un film qui défilait sous nos yeux d’enfants émerveillés! »

Je ne me lassais pas de l’entendre parler de son enfance, de la façon dont les villageois vivaient alors et de sa découverte émerveillée de Lacanau-Océan.

Ma grand-mère est venue s’installer définitivement en 1968 à Lacanau-Océan pour retrouver la quiétude de son enfance dans la villa Rachel-Marguerite. Elle est morte en 1993 après avoir traversé le vingtième siècle, elle avait 101 ans.

Guy COUBRIS